Browsing Category

Once upon a time

6 In Culture/ Once upon a time/ Revue de soirées

Backstages du clip de Lina Doran – Part 1, Le feu de camp

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter et Instagram le savent déjà: en Août, j’ai participé au tournage du clip de Lina Doran, qui lance la sortie de son album « Un Autre toi« . Vous ne m’y verrez cependant pas, car les passages où j’apparaissaient n’ont pas été retenus.  J’ai d’ailleurs exigé qu’on coupe la tête du type qui m’a coupé au montage. Ça me parait équitable.

Le clip est enfin sorti, et je suis plus que ravie de vous le présenter ici. N’hésitez pas à le partager!

Continue Reading →

1 In Once upon a time/ Outfit

Il était une fois il y’a fort, fort longtemps…

CONVAR247

CONVAR192 CONVAR193

CONVAR194 CONVAR250

Dans la plus haute tour du chateau…

CONVAR261 CONVAR262

CONVAR217 CONVAR256

CONVAR251 CONVAR264
CONVAR270 CONVAR273

D’autres photos  là: Je ne suis pas une fille



Express:

* Notre folie avec N., la crème lavante pour les mains Sephora. Pleins de parfums à tester! Après celle au Monoï, et Goyave Passion, le dernier en date est Menthe Glaçée.  Ca met de la couleur dans la salle de bain et ça sent bon!
Sephora

* Vous vous demandez quel vernis pour cet hiver? Releguez votre Rouge&Noir de Chanel au placard! Cette année, c’est le « You don’t know Jacques” de OPI qui va orner vos ongles toute la saison! A lire, l’article de Garance qui raconte avec humour ses péripéties!
Et c’est la jolie Rumi qui le porte sur cette photo.
OPI

*Fefa m’a prété ses magazines d’Italie. Il est vrai que je ne suis pas trop la Fashion Week Milanaise, mais c’est interressant de voir les magazines que l’on lit sous un autre angle. Les présentations sont tellements différentes! Sans parler du contenu! J’espère vous en parler bientôt!

*Reprise du théâtre, happy! Je vous tiendrai au courant pour la représentation (mois de Mai). Reprise le 22, trop de choses de prévues (Weekend chez mes parents, donc, pas pu aller boire un café avec Dawn pour son anniversaire (Sweet 22 my dear!), et puis impossibilité d’assister à l’invit du Théâtre de Caen pour l’ouverture de la saison 2008-2009).


PS:

@  Princesse Cally:
Comme l’a répondu E dans les commentaires, c’est la cour en bas de chez elle.
Et elle a raison: Très jolie place!  🙂

0 In Once upon a time

Beauty and the Beast

28_06_08_1

Il y avait une fois un marchand, qui était extrêmement riche. Il avait six enfants, trois garçons et trois filles ; et comme ce marchand était un homme d’esprit, il n’épargna rien pour l’éducation de ses enfants, et leur donna toutes sortes de maîtres. Ses filles étaient très belles ; mais la cadette surtout se faisait admirer, et on ne l’appelait, quand elle était petite, que la belle enfant ; en sorte que le nom lui en resta : ce qui donna beaucoup de jalousie à ses soeurs. Cette cadette, qui était plus belle que ses soeurs, était aussi meilleure qu’elles. Les deux aînées avaient beaucoup d’orgueil, parce qu’elles étaient riches ; elles faisaient les dames, et ne voulaient pas recevoir les visites des autres filles de marchands ; il leur fallait des gens de qualité pour leur compagnie. Elles allaient tous les jours au bal, à la comédie, à la promenade, et se moquaient de leur cadette, qui employait la plus grande partie de son temps à lire de bons livres. Comme on savait que ces filles étaient fort riches, plusieurs gros marchands les demandèrent en mariage ; mais les deux aînées répondirent, qu’elles ne se marieraient jamais, à moins qu’elles ne trouvassent un duc, ou tout au moins, un comte. La Belle, (car je vous ai dit que c’était le nom de la plus jeune) la Belle, dis-je, remercia bien honnêtement ceux qui voulaient l’épouser, mais elle leur dit qu’elle était trop jeune, et qu’elle souhaitait de tenir compagnie à son père, pendant quelques années.

BBC1

La Belle, après les premiers transports, pensa qu’elle n’avait point d’habits pour se lever, mais la servante lui dit qu’elle venait de trouver dans la chambre voisine un grand coffre plein de robes d’or, garnies de diamants. Belle remercia la bonne Bête de ses attentions. Elle prit la moins riche de ces robes et dit à la servante de ranger les autres dont elle voulait faire présent à ses soeurs. Mais à peine eut-elle prononcé ces paroles que le coffre disparut. Son père lui dit que la Bête voulait qu’elle gardât tout cela pour elle, et aussitôt les robes et le coffre revinrent à la même place.

28_06_08_2

Les soeurs de la Belle manquèrent de mourir de douleur quand elles la virent habillée comme une princesse, et plus belle que le jour. Rien ne put étouffer leur jalousie, qui augmenta lorsque la Belle leur eut conté combien elle était heureuse. Ces deux jalouses descendirent dans le jardin pour y pleurer tout à leur aise.

28_06_08_3

A ces mots, Belle se lève, met sa bague sur la table, et revient se coucher. A peine fut-elle dans son lit, qu’elle s’endormit, et quand elle se réveilla le matin, elle vit avec joie qu’elle était dans le palais de la Bête. Elle s’habilla magnifiquement pour lui plaire, et s’ennuya à mourir toute la journée, en attendant neuf heures du soir ; mais l’horloge eut beau sonner, la Bête ne parut point. La Belle, alors, craignit d’avoir causé sa mort. Elle courut tout le palais, en jetant de grands cris ; elle était au désespoir. Après avoir cherché partout, elle se souvint de son rêve, et courut dans le jardin vers le canal, où elle l’avait vue en dormant. Elle trouva la pauvre Bête étendue sans connaissance, et elle crut qu’elle était morte. Elle se jeta sur son corps, sans avoir horreur de sa figure, et sentant que son coeur battait encore, elle prit de l’eau dans le canal, et lui en jeta sur la tête. La bête ouvrit les yeux et dit à la Belle:
« Vous avez oublié votre promesse, le chagrin de vous avoir perdue, m’a fait résoudre à me laisser mourir de faim ; mais je meurs content, puisque j’ai le plaisir de vous revoir encore une fois. « 

BB1

– Non, ma chère Bête, vous ne mourrez point ! lui dit la Belle. Vous vivrez pour devenir mon époux. Dès ce moment, je vous donne ma main et je jure que je ne serai qu’à vous. Hélas ! je croyais n’avoir que de l’amitié pour vous, mais la douleur que je sens me fait voir que je ne pourrais vivre sans vous voir. »

28_06_08_5

A peine la Belle eut-elle prononcé ces paroles qu’elle vit le château brillant de lumières. Les feux d’artifice, la musique, tout lui annonçait une fête ; mais toutes ces beautés n’arrêtèrent point sa vue. Elle se retourna vers sa chère Bête dont l’état faisait frémir. Quelle ne fut pas sa surprise ? La Bête avait disparu, et elle ne vit plus à ses pieds qu’un prince plus beau que l’Amour, qui la remerciait d’avoir rompu son enchantement.

28_06_08_4

« Belle, lui dit cette dame, qui était une grande fée, venez recevoir la récompense de votre bon choix : vous avez préféré la vertu à la beauté et à l’esprit, vous méritez de trouver toutes ces qualités réunies en une même personne. Vous allez devenir une grande reine : j’espère que le trône ne détruira pas vos vertus. Pour vous, mesdemoiselles, dit la fée aux deux soeurs de Belle, je connais votre coeur, et toute la malice qu’il enferme. Devenez deux statues ; mais conservez toute votre raison sous la pierre qui vous enveloppera. Vous demeurerez à la porte du palais de votre soeur, et je ne vous impose point d’autre peine, que d’être témoins de son bonheur. Vous ne pourrez revenir dans votre premier état, qu’au moment où vous reconnaîtrez vos fautes ; mais j’ai bien peur que vous ne restiez toujours statues. On se corrige de l’orgueil, de la colère, de la gourmandise et de la paresse : mais c’est une espèce de miracle que la conversion d’un coeur méchant et envieux. »

Dans le moment la fée donna un coup de baguette, qui transporta tous ceux qui étaient dans cette salle, dans le royaume du prince. Ses sujets le virent avec joie, et il épousa la Belle, qui vécut avec lui fort longtemps, et dans un bonheur parfait, parce qu’il était fondé sur la vertu.

28_06_08_6

BB3

La Belle et la Bête; Madame Leprince de Beaumont.


Et pour vous, rien que pour les yeux, d’autres photos…

28_06_08_1428_06_08_17

OM4OM2OM1OM3


BB_Vogue3

BB_Vogue1_april_2005_Annie_Leibovitz_Drew_Barrymore BB_Vogue2 BB_Vogue4 BB_Vogue5 BB_Vogue_6
Pix: Annie Leibovitz.
Drew Barrymore pour Vogue, April 2005.

0 In Once upon a time

[…]Impossible de faire autrement, dit le Chat ; nous sommes tous fous ici. Je suis fou. Tu es folle.[…]

Pour Mademoiselle Cha…

Je t’attends,
ta tasse de thé est encore
chaude, et les biscuits sont delicieux…

1
(Quatres premières pix: moi. Financiers: La Maison du Biscuit, Sorstoville-en-Beaumont)

Elle mangea un petit bout de gâteau, et se dit avec anxiété : « Vers le haut ou vers le bas ? » en tenant sa main sur sa tête pour sentir si elle allait monter ou descendre. Or, elle fut toute surprise de constater qu’elle gardait toujours la même taille : bien sûr, c’est généralement ce qui arrive quand on mange des gâteaux, mais Alice avait tellement pris l’habitude de s’attendre à des choses extravagantes, qu’il lui paraissait ennuyeux et stupide de voir la vie continuer de façon normale.

C’est pourquoi elle se mit pour de bon à la besogne et eut bientôt fini le gâteau jusqu’à la dernière miette.

                  2 3  S3600207

 

 

 

« Minet du Cheshire… », commença-t-elle assez timidement, car elle ne savait pas trop si ce nom lui plairait. Le Chat se contenta de sourire plus largement. « Allons, jusqu’ici il est satisfait, pensa Alice, qui continua : Voudriez-vous me dire, s’il vous plaît, quel chemin je dois prendre pour m’en aller d’ici ?

– Cela dépend beaucoup de l’endroit où tu veux aller, répondit le chat.
– Peu m’importe l’endroit… dit Alice.
– En ce cas, peu importe la route que tu prendras, répliqua-t-il.
– … pourvu que j’arrive quelque part, ajouta Alice en guise d’explication.
– Oh, tu ne manqueras pas d’arriver quelque part, si tu marches assez longtemps. »

Alice comprit que c’était indiscutable ; en conséquence elle essaya une autre question : « Quelle espèce de gens trouve-t-on dans ces parages ?

– Dans cette direction-ci, répondit le Chat, en faisant un vague geste de sa patte droite, habite un Chapelier ; et dans cette direction-là (il fit un geste de sa patte gauche), habite un Lièvre de Mars. Tu peux aller rendre visite à l’un ou à l’autre : ils sont fous tous les deux.
– Mais je ne veux pas aller parmi les fous, fit remarquer Alice.
– Impossible de faire autrement, dit le Chat ; nous sommes tous fous ici. Je suis fou. Tu es folle.
– Comment savez-vous que je suis folle ? demanda Alice.
– Tu dois l’être, répondit le Chat, autrement tu ne serais pas venue ici. »

Alice pensait que ce n’était pas une preuve suffisante, mais elle continua : « Et comment savez-vous que vous êtes fou ?

– Pour commencer, dit le Chat, est-ce que tu m’accordes qu’un chien n’est pas fou ?
– Sans doute.
– Eh bien, vois-tu, continua le Chat, tu remarqueras qu’un chien gronde lorsqu’il est en colère, et remue la queue lorsqu’il est content. Or, moi, je gronde quand je suis content, et je remue la queue quand je suis en colère. Donc, je suis fou.
– Moi j’appelle cela ronronner, pas gronder, objecta Alice.
– Appelle cela comme tu voudras, dit le Chat. Est-ce que tu es de la partie de croquet de la Reine, cet après-midi ?
– Je voudrais bien, répondit Alice, mais je n’ai pas encore été invitée.
– Tu m’y verras », dit le Chat et il disparut.

alice9

 

 

 

 

Sous un arbre, devant la maison, se trouvait une table servie où le Lièvre de Mars et le Chapelier étaient en train de prendre le thé

alice2

 

Venaient d’abord, armés de massues en forme d’as de trèfle, dix soldats ayant le même aspect que les trois jardiniers : plats et rectangulaires, avec des pieds et des mains aux quatre coins. Venaient ensuite dix courtisans, aux habits constellés de diamants en forme d’as de carreau, qui marchaient deux par deux comme les soldats. Après eux, venaient les enfants royaux ; il y en avait dix, et ces petits amours avançaient par couples, la main dans la main, en sautant gaiement : ils étaient ornés de cœurs de la tête aux pieds. A leur suite venaient les invités, pour la plupart des Rois et des Reines. Parmi eux Alice reconnut le Lapin Blanc : il parlait vite, d’un ton nerveux, en souriant à tout ce qu’on disait, et il passa près d’Alice sans faire attention à elle. Derrière les invités s’avançait le Valet de Cœur, qui portait la couronne royale sur un coussin de velours rouge ; et, à la fin de ce cortège imposant, venaient LE ROI ET LA REINE DE CŒUR

alice10

 

 

La Reine ne connaissait qu’une seule façon de résoudre toutes les difficultés. « Qu’on lui coupe la tête ! » cria-t-elle, sans même se retourner.

alice1

 

Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll.

alice2

24859938

24859953
 

24859963

24859975

24860010

24865347

 

natalia_vodianovamarcjacobs_leblogdelapinup

natalia_vodianovatomford_leblogdelapinup

v1


Natalia Vodianova pour Vogue par Annie Laibovitz
Web:
Fashion Alices